J'étais moine bénédictin à Lomé au Togo.
Au monastère, étant à l’accueil, je côtoyais les enfants des rues qui venaient quémander un repas, un peu de chaleur humaine. Je ne pouvais plus rester insensible à cette misère physique et morale.
Aussi, après mûre réflexion, avec l’accord de mes supérieurs et de Rome, j’ai décidé de fonder un lieu d’accueil. Actuellement je m’occupe de 14 orphelins, garçons de 10 à 20 ans.